Rechercher

Amaryllis, liberté intérieure - 11.12.2020

Mis à jour : janv. 3


2020.12.11_Amaryllis_message
.pdf
Download PDF • 364KB

Il y a énormément de choses à découvrir ici-bas pour vous tous, vous êtes pris dans une spirale de contrariétés et vous ne voyez pas plus loin que le bout de votre nez.


Ouvrez votre cœur et réfléchissez avec lui plutôt qu’avec votre tête. N’imaginez pas que tout sera simple en choisissant la voie de l’ouverture d’esprit. Les vieux carcans sont solides et les habitudes et l’éducation reçue, c’est du costaud.


Rien n’est laissé au hasard. Tout est calculé, tout est prévu pour que l’humanité avance avec son cœur. Vous ne pouvez pas rester ainsi englués dans des vieux principes qui vous font souffrir et qui font souffrir votre planète et vos cœurs. Ouvrez-vous, n’ayez pas peur d’exprimer vos émotions avec votre cœur et non avec votre tête. Arrêtez d’intellectualiser tout ce que vous ressentez. Soyez justes envers vous-même et vous le serez envers les autres. Ce n’est pas de l’égoïsme, ce n’est pas de la méchanceté que d’exprimer ses sentiments ou ses émotions, vous n’accusez personne, vous exprimez simplement, c’est par là que nous vous demandons de commencer votre éveil, votre reconnexion à votre cœur.


Exprimez simplement, sans haine et sans reproches, ce que vous ressentez. Dites simplement à votre compagne ou compagnon :

J’ai besoin de t’entendre dire que tu m’aimes.

N’accusez pas. Ne dites pas à l’autre : tu ne m’aimes pas

Dites simplement à l’autre :

J’ai besoin d’entendre que tu m’aimes.


Ressentez la différence dans votre cœur. Ressentez la vibration que cela provoque en vous et vous saurez si vous êtes dans votre justesse. Il n’y a pas de honte à exprimer ses émotions. Ne retenez pas vos larmes si vous sentez qu’elles doivent couler, il n’y a jamais d’erreur à exprimer ses émotions. Tout est à sa place pour que vous puissiez maintenant vous libérer de vos chaînes, vous libérer de vos croyances qui vous disent que pleurer devant les autres est mal. Non ce n’est pas mal, c’est humain et vous êtes humains.


Acceptez votre humanité telle quelle est. Arrêtez de penser que vous vous ridiculisez en souriant ou faisant preuve de bonté envers quelqu’un. Tous ces gestes du quotidien, ces petites attentions que vous avez les uns envers les autres vous sont actuellement proscrites. Vous devez faire autrement, vous devez vous réinventer afin de continuer à montrer votre attachement aux autres, à votre famille. Ce n’est pas parce que vous ne pouvez plus faire la bise que vous n’aimez pas les gens que vous rencontrez. Exprimez-leur votre attachement avec les mots de votre cœur, cela est d’autant plus vrai, cela sonne juste aux oreilles de tout le monde si c’est sincère.


N’ayez crainte de vous réinventer au quotidien : c’est cela qui vous est demandé en cette période de fin d’année difficile, car vous ne pourrez pas vous retrouver comme vous le faites actuellement en ces occasions. Mais ce n’est pas grave. Il y a d’autres moyens de faire savoir aux gens que vous les aimez, que vous êtes près d’eux. C’est un peu triste, c’est vrai, de ne pas être avec ses proches. Un petit mot quelque fois suffit à rassurer tout le monde, une pensée, un coup de fil, vous avez bien d’autres moyens technologiques à votre disposition pour vous retrouver ensemble un moment, même si ça ne dure pas une soirée entière, ce n’est pas grave, l’essentiel est que vous compreniez les liens qui vous attachent les uns aux autres. L’amour qui vous unit doit être plus fort que la distance qui est imposée actuellement. Tout ceci prendra fin et vous aurez appris quelque chose d’essentiel et c’est là que nous voulons en venir.

Vous n’avez pas besoin de vous toucher tout le temps pour vous montrer votre affection. Un regard suffit, faites passer votre amour dans votre regard, dans vos mots du quotidien, dans vos intentions. Apprenez à développer cette capacité à vous réinventer au quotidien, c’est cela qui vous est demandé. Inventez de nouveaux codes sociaux puisque cela vous est imposé, mais continuez de vous aimer. La distance n’empêche pas l’affection, ce que vous avez créé par le passé est solide, la distance n’empêchera pas les gens de s’apprécier ni de s’aimer. Vos parents resteront toujours vos parents, vos enfants seront toujours vos enfants. Tout ce qui a été fait par le passé n’est pas perdu, au contraire, ce sont les bases d’une solidité inouïe. Maintenant construisez différemment sur ces bases.


Les amitiés qui doivent être perdues à cause de la distance ne font pas partie de ces bases. C’était de belles rencontres, vous avez rencontré de belles âmes qui vous ont amené quelque chose de lumineux au moment où vous deviez le vivre, maintenant vous devez apprendre à lâcher prise et à laisser chacun retourner à sa vie.

Si vous perdez de vue des amis, des connaissances, eh! bien c’est qu’ils ne devaient plus partager maintenant votre vie. Ayez une pensée reconnaissante pour tous les moments que vous avez passés ensemble et continuez votre chemin le cœur léger car toutes ces lumières, toutes ces rencontres, tous ces amis font partie maintenant de vous-même. Si vous ne les voyez plus, ce n’est pas grave. Là n’est pas l’essentiel. Vous avez partagé ensemble un moment, vous vous êtes remplis mutuellement d’amour et d’amitié, de sourires et de joie, et maintenant vous repartez chacun de votre côté afin de partager d’autres moments, d’autres sourires, avec d’autres personnes qui vous amèneront d’autres joies. Ainsi va la vie et ainsi va l’évolution de votre monde.

Ne pleurez pas vos vieilles amitiés, accueillez les nouvelles avec joie et bonheur. Apprenez le détachement, pas dans la souffrance mais dans la gratitude pour tous ces moments magnifiques que vous avez passés ensemble. Que ces amours, ces amitiés vous construisent afin de vous élever encore plus haut, comme les fondations d’une nouvelle construction, de votre nouvelle construction, de votre nouvelle personnalité.


Ce coronavirus qui vous inquiète tant n’est que le début de quelque chose de nouveau que nous vous demandons d’accueillir maintenant dans la joie. Chaque séparation, chaque changement fait peur, c’est normal, c’est un processus de deuil que nous vous demandons d’effectuer. Et dans ce processus de deuil, il y a l’abandon de quelque chose, l’acceptation de la perte, la colère quelque fois et après la joie de découvrir autre chose, car la place a été faite pour le nouveau. Tout est normal.


Les choses prennent du temps à se mettre en place, c’est normal, mais nous vous demandons de ne pas avoir peur de ce futur, de toutes ces choses qui s’imposent à vous, de tous ces changements. Acceptez-les sans crainte, acceptez le renouveau qui se propose à vous dans cette situation si terrible à vos yeux. Oui, des gens meurent de cette maladie, vous quittent et c’est douloureux. Ainsi le renouveau se fait, pour ceux qui vous ont quittés comme pour vous, car de là où ils sont, ils vous guident, ils vous protègent, ils vous aiment, ils vous emmènent avec eux dans leur nouveau monde, dans cette autre forme de vie qui vous attend.

Ils vous poussent vers quelque chose de différent. Vos disparus, vos défunts ne vous ont pas quittés pour rien, ils vont maintenant remplir leur mission d’âme et vous amener, vous les vivants, vers quelque chose de différent : soyez attentifs à leur présence.

Ouvrez vos cœurs à ce que vous ne voyez pas, ressentez avec votre cœur, car tout est là. Vous ressentez la joie de penser à vos disparus et le travail se fait tout seul. Vous ressentez la joie d’imaginer un monde différent, plus respectueux, plus ouvert, moins emprisonnant pour chacun d’entre vous, et en l’imaginant, vous allez déjà vers ce nouveau monde.


Tout est à sa place, tout a un sens. Ce virus a un sens, à vous de le trouver. Nous vous avons donné une piste, à vous maintenant d’en voir d’autres car il y en a d’autres. Ouvrez-vous à ce que vous ne voyez pas, apprenez à ressentir avec vos sens et votre cœur. Tout est à votre portée, tout est accessible, il suffit d’y croire, tout peut être fait. Vous êtes la première génération de ce changement, vous le vivez de plein fouet et vous êtes ici et maintenant pour mettre en place les bases de ce changement.


Oui, nous nous répétons encore et encore, amenez votre propre pierre à ce nouvel édifice, amenez un peu d’amour à cette nouvelle société sans oublier l’ancienne, en la remerciant d’avoir été présente. Apprenez du passé et construisez le futur. Toutes les erreurs qui ont pu être commises par le passé sont des enseignements. N’ayez pas honte de ces enseignements, vous en avez eu besoin afin de construire quelque chose de plus humble. L’orgueil chez vos dirigeants n’est pas un cadeau, l’orgueil n’est pas l’amour. L’amour de leur peuple, voilà ce que doivent apprendre vos dirigeants.


Participez dès maintenant à ce renouveau en vous libérant de vos propres carcans, de tout ce qui vous empêche de vous illuminer de l’intérieur. Cela peut être de vieilles croyances familiales qu’un homme, par exemple, ne peut pas pleurer. Ce n’est pas vrai, libérez-vous de cela. Ce peut être également qu’une femme, une maman, doit être forte pour tout le monde, mais ce n’est pas vrai, une maman a aussi le droit d’avoir peur, de douter, d’être réconfortée par ses enfants, une maman a le droit d’être consolée, comme elle doit consoler ses enfants, l’amour va dans les deux sens.

Chacun donne ce qu’il peut donner, un sourire est gratuit, il ne demande pas beaucoup de maturité, il demande juste de la sincérité. Ainsi à tout âge vous pouvez donner un sourire, petit ou grand, âgé ou plus jeune. Un sourire qui vient du cœur illumine tout votre visage, vous le donnez, vous le partagez sans avoir besoin d’être intelligent, âgé ou jeune, mature ou immature. Tout ça n’a pas d’importance : s’il vient du cœur alors il est vrai, alors il est réconfortant, alors il est juste, alors il est sincère et c’est ça que nous vous demandons de retrouver au-delà de la distance, au-delà de la présence physique.


Il n’y a pas de honte à pleurer son passé si c’est pour le nettoyer de vos larmes. Il n’y a pas de honte à construire un édifice nouveau et différent sur des bases nettoyées. Continuez d’évoluer, chacun à votre rythme, sur votre chemin d’éveil. Continuez de vous connecter à votre propre source. Continuez d’illuminer de votre sourire les gens qui vous entourent.

Continuez de vous aimer, mes enfants, c’est cet amour qui vous portera vers quelque chose de nouveau, de plus respectueux.



Transmis par Metatron à Gabrielle

Posts récents

Voir tout